Retour aux étapes de marches

Détails de la marche

  1. Manawan - Rapid Lake
    Hiver
    2013
    20 février au 8 mars 2013
    Manawan
    Rapid Lake
    360
    3248

    Hiver 2013 – L’étape 8 de l’Innu Meshkenu. Accompagné d’une cinquantaine de personnes avec raquettes et traineaux, nous marcherons de Manawan à Rapid Lake en passant par Kitigan-Zibi.

La marche en images

Les partenaires de la marche

Blogue
Jour 1 - Départ à la course!
20 Février 2013
Jour 1 - Départ à la course!
Description

C’est après avoir enseigné toute la journée à l’Université de Montréal, après multiples rencontres que je rejoins mon cousin Éric Hervieux pour se préparer à partir vers Manawan. Avant de sortir de la ville, nous devons nous arrêter prendre le nouveau toboggan commandé par Éric. Nous quittons Montréal vers les 17 heures.

« Sur la ligne de départ à Manawan » - Gracieuseté de Valentine Awashish

Le voyage se déroule bien; un arrêt pour manger et HOP! De nouveau sur la route. Nous arrivons à Manawan vers 21 h 30. À mon grand regret, nous avons manqué le souper communautaire... J’ai quand même la chance de saluer quelques personnes, les logisticiens. Vers les 23 heures, on improvise un campement de fortune; Éric et moi coucherons dans un débarras, sous une table et Jean-Charles, le coordinateur d’Innu Meshkenu, coucherons sur le dessus!! Plusieurs personnes feront de même, ce qui nous mettra dans l’ambiance du moment! Nous sommes à la chaleur et nous nous endormons.

Ce matin, Jean-Charles et Marc-André, un de nos logisticiens, sont les premiers levés. Après déjeuner, je me rends au centre de santé, question de prendre les médicaments et de l’Épipen pour le voyage. Je me rends ensuite à l’école primaire où je rencontre les professeurs et  M. Niquay, le directeur. Je fais de même à l’école secondaire vers les 9 heures où je rencontre son directeur, M. Vollant. 

À 10 heures, c’est le grand départ! Une bonne cinquantaine marcheurs et logisticiens prennent la route, encouragés par une foule d’environ 300 à 400 personnes qui nous souhaitent bonne chance et bon voyage. Le chef, Paul-Émile Ottawa est présent avec un ainé qui fait la prière selon la tradition autochtone. M. Réginald Flamand agit en maitre de cérémonie. Il fera partie de la caravane lui aussi; il nous rejoindra à Kitigan Zibi.

Nous marchons aujourd’hui 15 km afin de pouvoir nous adapter physiquement, à la température et à l’effort. Même si le trajet n’est pas long, la première journée est toujours difficile. Durant la marche, je dédie cette première journée à la communauté de Manawan, pour son accueil et sa grande générosité envers nous tous.

« En route! » - Gracieuseté de Valentine Awashish

Nous marchons dans la tempête... Une belle neige tombe de plein ciel. Nous marchons 5 km sur une route battue avant de prendre le « bois », dans les sentiers étroits où les motoneiges passent à peine! Les conducteurs manœuvrent à l’extrême à travers les arbres et les broussailles. Nous arrivons entre 14 heures et 17 heures. Notre camp a trois chalets et nous montons 4 tentes supplémentaires pour loger tout le monde.

Je dois retourner en motoneige à Manawan avec Jean-Charles pour régler des dossiers.

Cette marche en est une internationale! Interculturelle, intergénérationnelle, multilinguistique! Dans notre groupe, six langues sont parlées : anishnabe, atikamekw, innu, français, anglais et....... espagnol! Parmi nous il y a une Colombienne.

Cette journée d’adaptation.... cette marche en territoire attikamek a été difficile, mais, elle nous ramène dans la trace des ancêtres. Cette marche sera définie par son hétérogénéité dans tous les sens du terme parce qu’elle rassemble des gens de tous les coins du Québec, du monde, de tous les âges, de toutes les couches de la société, une fraternité entre communauté anishnabe et atikamekw... Elle correspond en tous points aux objectifs d’Innu Meshkenu.... Quelle chance j’ai!

Partagez sur