Retour aux étapes de marches

Détails de cette étape

  1. Pakuashipi - Unamen Shipu
    Hiver
    2011
    4 au 24 mars 2011
    Pakuashipi
    Unamen Shipu
    440 km
    1060 km

    Duis non ullamcorper magna. Nam pretium massa ligula, quis blandit nunc facilisis sed. Nam tellus eros, mollis vitae sagittis in, lobortis eget augue. Vestibulum vel neque ut justo posuere dapibus. Quisque feugiat ligula at quam pretium dapibus. Vivamus pulvinar egestas ante, vitae ultrices nulla semper non. Pellentesque in odio sit amet sapien sagittis mattis. Sed pretium pulvinar dui, ac varius dolor commodo ac. 

La marche en images

Partenaires de cette marche

Blogue
Jour 16
23 Mars 2011
Description

À 5 h 20, Éric demande à Jean-Guy de faire du feu, car il fait froid dans la tente et il répond qu'il n'a pas d'allumettes. On essaie de réveiller Richard, mais sans succès. Finalement, Éric trouve du feu et nous nous levons.

À 5 h 20, Éric demande à Jean-Guy de faire du feu, car il fait froid dans la tente et il répond qu'il n'a pas d'allumettes. On essaie de réveiller Richard, mais sans succès. Finalement, Éric trouve du feu et nous nous levons. Vers 5 h 40, une motoneige arrive. C'est le beau-frère de Serge qui nous amène un thermos de café, des muffins aux graines rouges (airelles) et des oranges directement de Nutushaquan. Quel beau déjeuner au lit et quel beau départ pour notre dernière journée sur la route blanche. Nous déjeunons et nous préparons nos bagages. Nous sommes prêts, avec nos deux traîneaux chargés pour le départ, vers 7 h 30, mais nous attendons Radio-Canada pour filmer le départ. Radio-Canada arrive vers 7 h 50 et nous quittons à 8 h 10. Nous marcherons lentement pour aider Radio-Canada à filmer. C'est un autre jour magnifique, quel beau cadeau de Dame Nature, de Thishe Manitu pour notre dernière journée. Il fait frais, mais il fait soleil, il y a un petit vent du nord de Côte pour nous. Nous marchons à 4,5 ou 5 km/heure et nous arrivons près de la rivière à 10 h 45. Nous rencontrons des motoneigistes de la communauté qui communiquent notre position à la communauté. À près de 2 km de la rivière, Raymond Rousselot, le père d'Éric, vient à notre rencontre, puis la conjointe et le fils d'Éric et sa mère… que d'émotions! Le fils d'Éric monte sur le traîneau. Un groupe de jeunes et de très petits, vêtus d'un costume traditionnel, vient nous rejoindre sur le chemin. Que de beaux moments, je suis émerveillé! Que de joie de voir ces enfants accompagnés d'enseignants et de parents! Ça valait la peine de souffrir toutes ces journées pour ce moment de bonheur. Ça nous donne des ailes. Un air de fête règne sur le sentier. Nous arrivons à la rivière. Nous voyons de l'autre côté une centaine de personnes réunies pour nous accueillir à l'endroit même où j'ai débuté mon aventure, le 12 octobre dernier. L'accueil des héros, wow! Que d'émotions! Nutushaquan nous démontre qu'elle sait comment recevoir la visite et récompenser les gens qui se donnent pour aider les autres. Des jeunes, des aînés, des gens de la communauté et des leaders sont présents. Nous recevons des cadeaux, et des aînés et des leaders prennent la parole. Il y a des moments très touchants quand les deux kukums parlent et pleurent de nous voir, aussi parce que nous donnons espoir que les problèmes de consommation des jeunes pourraient disparaître. Il y a ensuite des festins autochtones : de la tourtière, du saumon, de la banique et du thé. Vers 13 h, nous requittons, accompagnés des jeunes de l'équipe des Grizzlys pee-wee de Nutushaquan et de leur entraîneur, Marcel Mestekosho. Ils compléteront les 20 km qui nous séparent de la communauté. BRAVO! Ils n'ont que 10, 11 ou 12 ans et ils arrivent au village en boitant. La mère et le père d'Éric ont marché ces derniers kilomètres avec nous. Nous arrivons au village à 16 h 30. Pour Éric, c'est le moment du départ pour Pessamit. Moi, je reste chez la massothérapeute, Gloria, la conjointe de Roland Tshernish (ça vraiment fait du bien... wow!) et puis je soupe à L'Échouerie avec des gens de la communauté et des gens du village de Natashquan, dont le maire, Monsieur Landry. On me nomme le porteur de bâton (président honoraire) du festival Innu-Cadie, qui aura lieu du 6 au 10 juillet 2011... J'accepte l'honneur, car je le dois bien à la gentillesse des gens de la place. Je retourne me coucher, ce soir-là, chez Marie-Paule Malec. Demain, ce sera encore grosse journée : deux écoles, marche et rencontre d'aînés.

Partagez sur