Retour aux étapes de marches

Détails de cette étape

  1. Pakuashipi - Unamen Shipu
    Hiver
    2011
    4 au 24 mars 2011
    Pakuashipi
    Unamen Shipu
    440 km
    1060 km

    Duis non ullamcorper magna. Nam pretium massa ligula, quis blandit nunc facilisis sed. Nam tellus eros, mollis vitae sagittis in, lobortis eget augue. Vestibulum vel neque ut justo posuere dapibus. Quisque feugiat ligula at quam pretium dapibus. Vivamus pulvinar egestas ante, vitae ultrices nulla semper non. Pellentesque in odio sit amet sapien sagittis mattis. Sed pretium pulvinar dui, ac varius dolor commodo ac. 

La marche en images

Partenaires de cette marche

Blogue
Jour 10
17 Mars 2011
Description

Il y a de bonnes journées et de moins bonnes; aujourd'hui en était une bonne pour Stanley. Les conditions étaient favorables, la neige dure et les vents calmes. Nos aventuriers ont parcouru 32 kilomètres et cette fois, ils avaient de la compagnie. Ils ont pu compter sur la présence de Richard Mullen et Jean-Guy Bellefleur.

Il y a de bonnes journées et de moins bonnes; aujourd'hui en était une bonne pour Stanley. Les conditions étaient favorables, la neige dure et les vents calmes. Nos aventuriers ont parcouru 32 kilomètres et cette fois, ils avaient de la compagnie. Ils ont pu compter sur la présence de Richard Mullen et Jean-Guy Bellefleur. Bien au-delà de leur présence, les deux Innus de la Romaine ont apporté un soutien moral à Stanley et Éric. Malgré leur volonté de fer, la fatigue engendrée par l'effort excessif entraîne forcément des répercussions sur le corps humain. Éric a dû recourir à l'assistance médicale; ses « pieds de tranchée » ont une infection sérieuse qui demande à être traitée, car elle pourrait entrainer des conséquences graves. Il a donc conduit la motoneige pour accompagner Stanley et reposer ses pieds, ce qui lui permettra de continuer à marcher très rapidement. Historiquement, le pied de tranchée réfère à la Première Guerre mondiale où les soldats avaient les pieds dans des bottes serrées, soumis au froid et à l'humidité en permanence. Cette complication médicale est sérieuse et a suscité beaucoup de recherches de la part des médecins de guerre. 

C'est donc dans la brume que Stanley a rejoint le campement, voyant à peine devant lui. Une fois arrivés, ses acolytes avaient monté le campement et ils ont pu se régaler de viande de caribou et de banique (pain traditionnel) sans oublier le dessert! Ils ont posé leurs lourdes têtes sur leur oreiller tôt ce soir-là. 

Partagez sur